Votre attention, s'il vous plait :

Bonjour à toutes et à tous,
Depuis hier (27 mai 2016), un petit plaisantin s'amuse à m'adresser des messages qui n'ont ni queue, ni tête.
Peut-être pense t-il que je vais m'amuser à lui répondre ?
Peut-être est-ce là une tentative "d'amorçage" ? de "piratage" ?
Qu'importe, de toute façon, je n'ai pas envie de jouer avec ce zigoto et, pour couper court à son petit jeu, je préfère supprimer le "formulaire de contact".
A l'avenir, si un visiteur souhaite me contacter, merci de passer par la page Facebook de Souvenirs de Bachy (ICI)

C'est dingue ! Il faut toujours qu'il y ait des jaloux...

Merci pour votre compréhension.


dimanche 30 août 2015

L'Eglise

   En venant au monde le 25 juin 1958, je me trouve le dernier, d’une famille de trois garçons. Ah ! Quelle affaire ! Avec trois garçons, mes parents n’ont pas dû rigoler tous les jours ! Quoi que...

   La France est aux portes de la cinquième République et le pays poursuit sa fulgurante avancée vers le progrès. Les industries se modernisent de plus en plus, produisant toujours plus de machines et de véhicules, toutefois, nous en sommes encore à l’ère du café que l’on moud à la main, du charbon qui approvisionne la gazinière et de l’argent qui se compte en ancien franc. En cette année 58, l’une des grandes mesure du Pays, est l’adoption d’une loi qui donne obligation de passer un permis de conduire pour piloter les deux roues de plus de 50 cm3.

   Comme mes frères, je suis un enfant de Bachy, puisque nous voyons le jour, tous trois, dans la maison qu’occupaient nos parents à la Place de la Liberté.

   De cette première période de mon enfance (de 1958 à 1969), celle qui correspond à la prime enfance et à la scolarité à l’école primaire, encore école des garçons (puisque les filles ont la leur, propre), je garde en mémoire une foule de souvenirs, comme si cette enfance était préservée dans une partie bien spécifique de mon cerveau : la « bulle-enfant ».

   Par ce regard d’enfant, je vous invite à m’accompagner pour une ballade dans le village ; le village à l’époque des années 60. Aux hasards de notre promenade, nous ne pourrons faire sans rencontrer des gens. Faisons leurs "bonne figure". Je reste un enfant sage et polit, bien élevé bien qu’un peu espiègle, comme peut l’être un enfant ; nul doute, qu’en contre partie de cette sagesse, il s’en trouvera pour nous parler de « leur » époque. De telle sorte, qu’il y a fort à parier que des parenthèses s’ouvriront, pour nous faire déambuler dans d’autres périodes de l’Histoire du petit village.

   Mais, avant de nous mettre en route, prenons le temps d’aborder les choses, de façon logique, en commençant par le commencement.

   Si je me prépare à vous emmener avec moi, pour l’heure, c’est vous qui allez m’accompagner. Nous sommes le 3 juillet 1958, je sors de la maison pour faire ma première entrée dans l’église Saint Eloi ; j’y reçois mon premier sacrement : celui du baptême.
 


(Cliquer sur la photo pour l'agrandir)

    Je vous rassure, ce n’est pas ma mémoire qui me permet d’attester que ça c’est passé ce jour là, mais la mention qui est apposée dans le livret de famille.

   La photographie, utilisée en de rares occasions, a immortalisé la scène. Pour être honnête, je n’en garde aucun souvenir. Tout comme le fait que, pour cette entrée dans l’église, je me fais porter. Huit jours d’existence est encore trop tôt pour que je parvienne à me déplacer seul, même à quatre pattes.

   Ce premier événement nous amène donc tout droit en un lieu connu de tous.

(l’Église)
 



(Cette autre vue, permet d'apercevoir
la Salle des fêtes - au fond à droite)
 
 
 (ci-dessous, l'Eglise en 2009) 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire