Votre attention, s'il vous plait :

Bonjour à toutes et à tous,
Depuis hier (27 mai 2016), un petit plaisantin s'amuse à m'adresser des messages qui n'ont ni queue, ni tête.
Peut-être pense t-il que je vais m'amuser à lui répondre ?
Peut-être est-ce là une tentative "d'amorçage" ? de "piratage" ?
Qu'importe, de toute façon, je n'ai pas envie de jouer avec ce zigoto et, pour couper court à son petit jeu, je préfère supprimer le "formulaire de contact".
A l'avenir, si un visiteur souhaite me contacter, merci de passer par la page Facebook de Souvenirs de Bachy (ICI)

C'est dingue ! Il faut toujours qu'il y ait des jaloux...

Merci pour votre compréhension.


dimanche 29 novembre 2015

En noir et blanc.

   Mon père exerce, sans aucun doute pour moi, l’un des plus beau métier du monde.

    Il ne fait pas qu’installer l’électricité, vendre et réparer des postes radios, qu’on appelle T.S.F.
 
(T.S.F. en réparation)


   Non ! Il répare aussi… Les téléviseurs.

   Il lui arrive même, de temps en temps, d’en vendre un ; ce qui est tout de même assez rare. Certains copains disent qu’on a de la chance. C’est vrai, dans un sens, qu’on a de la chance, car ces postes sont rares, fragiles et tombent facilement en panne. Du coup, à qui s’adresse t’on ?… à mon père !

   Qu’est ce qu’on est content, quand on le voit arriver à la maison, avec ce genre d’appareil dans les bras. C’est aussitôt l’effervescence ! L’excitation ! On piétine d’impatience ! …Et on le presse de réparer au plus vite.

   « J’aimerai vous faire plaisir, mais encore faut-il trouver pourquoi, ça ne marche plus ? »

   Ce qui est loin d’être évident, c’est sûr.

   Ce travail, il le fait, en général, après sa journée ; souvent en fin d’après-midi, voir le soir. Pour ce faire, il s’installe dans la salle de séjour. Alors, on est tous là, à tourner autour de lui, comme des vautours qui attendent de plonger sur une proie. Ce petit cirque ne dure jamais bien longtemps ; quand il commence à opérer, on sait qu’il est temps pour nous, de débarrasser le plancher. Oh, on ne se tient jamais bien loin, car il finit toujours par avoir besoin d’aide.

   Parfois, bizarrement, il tarde à appeler. Si mes frères restent bien sagement à attendre dans la cuisine, la tête plongée dans un Mickey ou un Pim, Pam, Poum, pour ma part, j’ai du mal a resté tranquille, la tête dans un bouquin. Alors, pour me rassurer, je traverse la salle de séjour, prétextant le besoin de récupérer, quelque chose. Une première fois, c’est de mon nounours, dont j’ai besoin, ensuite c’est au tour de mon meccano, et ainsi de suite. Au passage je ne manque pas de le questionner : « Je vais chercher Toto. Tu n’as pas besoin que je t’aide ? ». Mais non, quand il ne veut pas, il ne veut pas. « N’hésite pas, surtout ! Je suis là, et j’ai pas grand-chose à faire ».  Ma mère, elle, préfère nous laisser agir, car elle est toujours très occupée.

   Dès qu’on l’entend appeler, c’est aussitôt la bousculade ; c’est à qui arrivera le premier. Je me demande si ce petit jeu ne l’amuse pas ? C’est ainsi qu’arrive le moment de notre participation. A charge pour nous, de lui dire, dans quel sens défilent les lignes, comment est l’image, si elle est aplatit, tirée vers le haut, ou le bas, bref, de lui décrire, aussi précisément que possible, ce qu’il se passe au niveau de l’écran. Il faut même pousser le détail, et lui expliquer, aussi précisément que possible, comment sont les contrastes. La grille, qui reste longtemps à l’écran, dans l’attente que les émissions commencent, est là pour nous aider, dans notre tache. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle a été conçu, nous explique t-il.

 
   Parfois, ça se passe bien, et d’autres fois non. C’est assez compliqué car il ne faut pas oublier les problèmes d’antenne. Tout ça fait qu’il rouspète un peu, se déplace, s’assure par lui-même du résultat obtenu par une soudure, une manipulation d’ampoule, ou d’une bonne transmission d’antenne. Malgré ces aléas, il finit toujours par trouver la solution à son problème. Alors ! Comme des bien heureux, après le repas du soir, on s’installe en famille, devant cette télé, qui n’est pas à nous mais qu’on regarde quand même. Il faut bien l’essayer, nous dit-il.

   Il arrive, mais bien trop rarement à mon goût, qu’une télé reste chez nous, pour deux ou trois jours. Notamment quand une réparation nécessite l’achat d’éléments, qu’il n’a pas en réserve. En pareil cas, il trouve quand même moyen de faire fonctionner le poste, par une réparation de fortune. Soit il prend une ampoule sur un autre appareil, soit il bricole quelque chose de provisoire… et ça marche !

   Je sais, c’est pas bien de dire que quand un téléviseur tombe en panne, qu’il est retiré à une famille pour être réparé, cela me remplit de joie mais, que voulez-vous, c’est tellement chouette de pouvoir regarder Bonne nuit les petits, avant d’aller se coucher.

   Même si c'est toujours... En noir et blanc.
 
Cliquez sur l'image,
pour assister à la fin de l'épisode
 
 

3 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir André,

      Je me souviens très bien.
      Présenté sous une forme un peu différente car, à l'époque, ce n'était pas le "petit Rouletabille" qui racontait. De plus, cet article faisait référence au livre de police de mon père (que j'ai toujours, bien sûr) ; document très instructif d'une époque.

      Il m'arrive encore de visiter ton site, qui reste une référence (ce n'est pas pour rien, qu'il figure en marge de mon blog). Je souligne au passage, ton travail.

      Merci pour ton petit mot.

      Bien cordialement.
      Jacky

      Supprimer
  2. Bonsoir à vous qui vous arrêtez sur cette page.

    Je constate que mon correspondant à supprimé son commentaire. Pour quelle raison ? Je l'ignore.

    Pour que ma réponse puisse être comprise, il me faisait part d'un article que je lui avais envoyé pour son site Internet.

    Une façon comme une autre de me remercier.
    Geste que j'ai apprécié.

    ...C'est la suppression du commentaire, que je ne comprends pas.

    Comme quoi : tant qu'on donne, tout va toujours bien. C'est quand on ne donne plus, que ça ne va plus.

    RépondreSupprimer